Les paroles de l'album Deuxième Service
Paroles & Musiques Christophe RAVET

01_ PLUS QUE TOUT

Plus que deux mois
Pour fuir mes erreurs
Oublier les froids
Les douleurs.
Plus m’habiller
Dans ton humeur
Ne plus dissimuler
Ma peur.

Plus que deux semaines
Et je dénoue
Les chaines
Qui me lient à ton joug.
Plus d’horizon
Plus rien du tout,
Et tes serments
Je les bafoue

Plus que tout …

Plus que tout,
Je vais retrouver l’innocence et mes idées.
Plus que tout,
Je vais maquiller ton visage
Et ton image
Dans mes pensées.

Plus que deux jours
Pour la délivrance.
J’ai su dans l’amour
La défiance.
Plus d’aventures,
Plus de leçons,
C’est sûr
Ça ne tournait pas rond.

Je ne tournais plus rond…

Plus que tout,
Je vais retrouver l’innocence et mes idées.
Plus que tout,
Je vais maquiller ton visage
Et ton image
Dans mes pensées.

Plus que deux minutes
Et je t’oublie …

02_J'AI TOUT FAIT

Au rayon édredon et matelas
Du Conforama,
J’errais depuis des heures, trainant le cœur,
Cherchant bonheur.
C’est le son de sa voix, son bagout qui m’a
Fait revenir à moi.
Une vendeuse de choc, de jolis pare-chocs,
Je laisse un chèque.

Avec cette fille j’ai tout fait !
Tout fait, tout fait
Ce qu’elle disait …

Elle est venue fissa, livrer tout ça
Jusque chez moi.
Elle m’expliquait très bien, elle parlait sans fin,
J’écoutais enfin.
Un baiser sur sa bouche, un tour sous ma douche,
Elle n’est pas farouche,
Elle a du caractère, elle est autoritaire,
Mais j'me laisse faire

Avec cette fille j’ai tout fait !
Tout fait, tout fait
Ce qu’elle disait …

Du lever au couchant,
C'est un tyran,
J'en suis conscient.
Elle me fait bricoler, percer, poncer
Trop travailler

Avec cette fille j’étouffais !
Tout fait, tout fait
Ce qu’elle disait …

Dans vos yeux j’aperçois, coquin éclat,
Et oui, ma foi,
Au plumard la tigresse voulait sans cesse
Et moi hélas

03_LA FIDÉLITÉ

La fidélité
Est une maladie.
La fidélité
La fidélité
Est une maladie.
Et moi je suis malade.

Vous changez d’amis,
Vous changez de boulot
Vous changez d’avis
Vous changez votre auto.

Vous changez de coupe
Vous changez de couleur
Vous changez de soupe
Vous changez de chanteur

Vous changez de compte
Vous changez de salon
Vous changez de honte
Vous changez d’opinion.

Vous changez d’ennui
Vous changez d’air souvent
Changez d’appétit
Vous changez d’aliment


Vous changez d’humeur
Vous changez de colère
Vous changez les fleurs
Vous changez l’eau j’espère.

Changez de cantine
Vous changez d’apéro
Vous changez de Jean
Vous changez d’oripeaux

 

Vous changez d’époux
Vous changez de parfum
Vous changez les roues
Vous changez de chemin

Vous changez les couches
Vous changez l’eau du bain
Vous changez, c’est louche
C’est notre quotidien.

 

Vous changez d’envie
Vous changez d’aventure
Vous changez de vie
Changez de confiture

Vous changez d’humour
Vous changez bien vos draps
Vous changez d’amour
Vous changez d’avocat

La fidélité
Est une maladie.
La fidélité
La fidélité
Est une maladie.
Et moi je suis malade.
Qui voudrait me soigner ?

Prenez votre ticket
Y en aura pour tout’l’monde
Arrêtez de crier
J’ai des lacunes en blondes
J’aime les brunes et les rondes

 

04_MA MAIN SUR TON ÉPAULE

Si la vie lâche en toi
Les doutes et les faux pas.
La vie
Te manipule et pas
Si moche est ta vie.

Si la vie passe en toi
Si courte, elle est parfois
Si funambule mais pas
Aujourd’hui.
Si l’ami que tu vois
T’écoute et tient à toi
L’ami.
Ne dissimule pas
Si tel est l’ami.

Si l’amitié fait loi
S’ajoute, quelques fois
Elle capitule mais pas
Aujourd’hui…

[Je] mets ma main sur ton épaule
Ce simple geste amical,
Calme et t’envoie un signal.
[Je] mets ma main sur ton épaule
Je suis là, près de toi.

Si l’amour ne fait pas
La route que tu crois,
La vie
Te chamboule dans tes choix
Si bonne est ta vie.

Si l’amour ne dit pas
Tes doutes et tes faux pas
Ne me bouscule pas
Aujourd’hui…


[Je] mets ma main sur ton épaule
Ce simple geste amoureux,
Calme et te rassure un peu.
[Je] mets ma main sur ton épaule
Je suis là, près de toi.

Si je ne t’avoue pas
Que j’ai besoin de toi…
C’est sans scrupule ici
Que je te dis …

Mets ta main sur mon épaule
Ce geste simple, amical,
Calme et m’envoie un signal.
Mets ta main sur mon épaule
Tu es là, près de moi.

 

05_LA PLUS BELLE FILLE DU MONDE

J’ai rencontré la plus belle fille du monde,
Un diamant brut à la beauté profonde,
Une princesse malheureuse de ne pouvoir aimer,
Une diablesse enfermée dans ses rêves blessés.

J’ai rencontré la plus belle fille du monde
Et son sourire fait passer la Joconde
Pour une femme malheureuse de n’avoir pas été
La pyromane adulée d’un vieux lion exilé.

J’ai rencontré la plus belle fille du monde
Dans ses cheveux, mon esprit vagabonde
Si la douceur de son âme renferme des secrets
Elle sonne l’heure du début d’un élan partagé.

Et moi j’accrocherai des étoiles à ses yeux,
Et moi j’imaginerai des mots silencieux,
Et moi j’inviterai ses lèvres dans un jeu
Qui va susciter tant d’émoi

J’ai rencontré la plus belle femme du monde,
Au ventre doux, aux entrailles fécondes
Qui m’a donné par amour, pour la postérité,
De beaux enfants de nos vies, de nos corps emmêlés.

J’ai rencontré la plus belle femme du monde,
Au regard lourd que le soleil inonde
De tant de grâce au subtil mélange parfumé
Que son visage porte en lui l’essentielle volupté.

Et moi, …

J’ai rencontré la plus belle dame du monde,
La souveraine de mes liesses profondes
Une apprentie magicienne en bonheur accordé,
Une émérite habituée de mes tendres baisers.

Et moi, …

J’ai sous les yeux les plus belles filles du monde,
Des diamants bruts, à la beauté profonde

Et moi, je voudrais bien des étoiles dans vos yeux,
Et moi j’apprendrais à dire vos mots silencieux,
Et moi j’admirerais vos lèvres dans un jeu
Si ça suscite tant d’émoi.

Mais, j’ai rencontré la plus belle fille du monde …

06_QUINQUAS CÂLINS

Les quinquas génèrent en moi
De l’émoi,
Que je n’imaginais pas.

Pas que je sois devenu gérontophile,
Pas qu’à présent la vue du Thermolactyl©
Affole mes sens,
Affole mes sens…

Pas que je sois flou des presbytes sévères,
Pas que cet air là me dégoûte, au contraire,
Affole mes sens,
Affole mes sens…

Les quinquas génèrent en moi
De l’émoi
Que je n’imaginais pas.

Pas que je sois devenu féru au Scrabble©
Pas à parer, mais les rondeurs confortables
Affolent mes sens,
Affolent mes sens…

 

Pas que je sois fan des collections Daxon©
Pas que l’idée de la ménopause, au fond,
Affole mes sens,
Lève mes tabous,
Me fait dément,
Me fait aimant,
Pour leurs seins doux.

Les quinquas génèrent en moi
De l’émoi
Que je n’imaginais pas.

Et c’est pas parce qu’elles ne sauront pas
Pirater mes chansons sur Internet.

07_SEGUNDA MANO

Textes additionnels en espagnol : Agnès Montalvillo

Je te remercie de m’avoir laissé te quitter.

C’est qu’au début j’ai tout aimé
Tes yeux si doux, ton dos cambré.
J’imaginais, sans qu’ça m’effraie,
Nos vies à la vie emmêlées.

Tout méritait de jolis mots
Tout taquinait ma libido
Je naviguais pourtant solo
Tu m’évitais dans tes sanglots.

Je te remercie de m’avoir laissé te quitter.

C’est qu’aussitôt j’ai tout donné,
Le bonheur m’a désinhibé.
Je t’aimais comme un forcené
Mais ma passion s’est évadée.

Tu méritais de jolis mots
Au lieu de nos froids conjugaux.
Je m’éloignais bien trop, bien trop.
Tu te résignais par défaut.

Je te remercie de m’avoir laissé te quitter.

Je sais que tu as bien pensé,
A tout casser pour tout garder
Depuis que tu as renoncé
Mon amour, tu as mon respect.

Tu m’as laissé quitter l’étau,
Briser nos liens matrimoniaux.

Si gracias a ti
Por besarme cuando me fui
Y con cariño
Dejarme ir lejos de ti
Si gracias a ti
Sin volverme me despedí
Y de tu cielo
Llorando las nubes no vi


Hoy te lo canto
Fue tu amor, tu cariño
Y tus besos
Los que quedan de mi adiós
Hoy se acabo
El tu y yo. En tu cielo
Con el dedo
Has pintado mi viatico

 

08_LES FEMMES N'AIMENT PAS
LES FLEURS

Les femmes n’aiment pas les fleurs,
Mais je leur en offre quand même,
Compliments sortis du cœur
Ou déclarations à problème.
Je suis de ces gens purs
Qui laissent éclater leur émoi :
Sentiments, sans demi-mesure,
Je les offre, bien malgré moi.

Les femmes n’aiment pas les fleurs,
Et c’est là le fou paradoxe
Ne pas dire, à contre cœur,
Billets doux que leur parfum exhausse.
Je suis désabusé
De voir ces fleurs se faner, hélas,
Sur l’autel d’écrits oubliés.
Je les offre, mais je me lasse.

Les femmes n’aiment pas les fleurs,
Mais quelle âme, si rude et complexe,
Les pousse à dire, ô malheur,
Qu’il en est de même pour le sexe.
Je suis abandonné
Dans l’espoir impuissant de leur plaire
De déguiser dans des bouquets
Jolis mots et vœux sincères.

Les femmes n’aiment pas les fleurs.
Oublier les roses envoutantes.
Myosotis et passiflores,
Muflier à l’odeur entêtante,
Iris, Volubilis,
Bleue Glycine, ou pâles Héllébores
Sans amour, elles se flétrissent
Car les femmes n’aiment pas les fleurs.

Sans amour, elles se flétrissent
Car les femmes n’aiment pas les fleurs.

09_JE GARDERAI

Pas facile
De voir partir
A vie.
Pas facile
Ces souvenirs
Pris dans l’oubli.

Pas facile
Et sans souffrir
A vie.
Pas facile
Ces souvenirs
Que je m’écris.

Comme un moment
Accroché
Au temps.
Une image que je voudrais
Choyer
Longtemps …

Je garderai
Dans mes yeux délavés,
Le doux secret,
Fragile instantané,
De ton visage,
De ton passage.

Pas facile
Tous ces adieux
D’amis.
Pas facile
Jeunes ou vieux,
Mais c’est ainsi.

J’ai tant aimé
Ces derniers
Instants.
Ultime regard appuyé
Choyé
Longtemps…

Je garderai
Dans mes yeux délavés,
Le doux secret,
Fragile instantané,
De ton visage,
De ton passage.

 

10_ JE DIS OUI

Je ne voudrais pas laisser passer ma chance
Pour des doutes et de viles croyances.
Je vois toujours
Dans les pensées
Le « côté pour »
Le bon côté.

Je ne voudrais pas retrouver par hasard
Mes intentions vidées d’espoir.
Je veux toujours
Me renforcer
Dans l’ajout
De volonté.

Si la question est honnête
Si l’intention est correcte


A tous les projets, les amis
Je dis oui.
A toutes les envies,
Les idées, les folies
Je dis oui
C’est ma philosophie
Mon chemin dans la vie.
Je dis oui
Car tout est permis.


Je voudrais tant que tu choisisses la même route
Que nos bonnes volontés s’ajoutent
Je dois, j’avoue,
Toujours pousser
Les atouts
Pour avancer.

[Je dis oui]
A tous les projets, les amis
Je dis oui.
[Je dis oui]
A toutes les envies,
Les idées, les folies
[Je dis oui]
Je dis oui
C’est ma philosophie
Mon chemin dans la vie.
[Je dis oui]
Je dis oui
Car tout est permis.

Je ne sais
Pas si c’est
Cette facilité
Qui me fait
De l’effet
Mais je sais
Que tout peut arriver.

11_FABRIQUE DE COULEUR

Ma passion nait
Au carreau d’un jour pluvieux.
Je goûte au jeu
De laisser mes yeux
Caresser
La lumière
Derrière le verre.

La magie fait
Qu’aussitôt finie la pluie
Adieu le gris
Bonjour le jour qui
Cassait
L’air
Derrière le verre.

Je fabrique des arcs-en-ciel
Je mets des couleurs dans vos nuits.
Je fabrique des arcs-en-ciel
Ouvrier « sondier » de vos vies.

La musique est
Le berceau des sentiments
Les émotions
Sont comme ces
Rayons
Éphémères
Derrière le verre.

Si le son n’est
Invisible que par jeu,
La lumière est
Inaudible pour tous ceux
Qui voudraient bien décomposer
Cette onde à célébrer.

Je fabrique des arcs-en-ciel
Je mets des couleurs dans vos nuits.
Je fabrique des arcs-en-ciel
Ouvrier « sondier » de vos vies.

Ma passion naît
Au carreau d’un jour de pluie
La magie fait
Qu’aussitôt finit l’ennuie
La musique est
le berceau des sentiments
Des émotions

 

12_RUMB'AILLE

Quand je vais dans les soirées
Où vient le tout Poitiers
Je croise les élites
Culturellement émérites.

Quand dans la conversation
Viennent les sujets de fond
Je m’enfuis ou j’évite
Car si je m’ennuie tout de suite…

Alors je baille,
Je laisse parler mon ennui
Et je défaille
Ô l’avanie !
Alors je baille…

Quand on me parle de sujets
Qui n’ont pas d’intérêt
A mes yeux néophytes,
Indubitablement, j’évite.

Quand dans les bras d’un amour
Qui valait le détour
Mais n’avais favorite
Que la position cénobite*…

Alors je baille,
Je laisse parler mon ennui
Et je défaille
Ô l’avanie !
Alors je baille…

Tant de gens qui baillent ainsi,
Au concert ils s’ennuient
Pourtant je ne mérite
Pas qu’un tel affront m’accrédite.

Quand un bailleur officie
Ceux d’à côté de lui
Baillent en cœur et m’invite
Par solidarité tacite…

 

* Les Cénobites sont des moines, des missionnaires qui vivaient en communautés aux premiers temps du Christianisme ...

13_LA MAISON DE CLÉMENT

Son couvre-chef l'attend dans l'escalier,
Y a des mégots fanés dans l'cendrier,
Rien n'a bougé de place dans la maison,
Tout semble attendre et guetter son pas lent.

Les photos des enfants, les fausses fleurs,
Les chaises en bois, la pendule pas à l'heure,
Et ces tiroirs remplis de ses trésors,
De vieux cahiers qui semblent attendre encore...

Clément est parti dans les champs,
Taquiner les oiseaux blancs,
Qui laissent le chagrin et la peine aux vivants.
Clément est parti dans les champs,
Taquiner les oiseaux blancs,
Qui laissent le chagrin aux vivants.

Dans la cuisine sa serviette est pliée
Près de la cuisinière qui réchauffait
Ses mains rugueuses d'avoir trop caressé
La terre, les bois, et celle qu'il a aimé.

La rue d'la chaume, le chemin du cimetière,
Le gilet gris pour aller prendre l'air,
Et le silence dans la salle à manger,
Déjà deux ans qu'il s'en était allé.

Clément est parti dans les champs,
Taquiner les oiseaux blancs,
Qui laissent le chagrin et la peine aux vivants.
Clément est parti dans les champs,
Taquiner les oiseaux blancs,
Qui laissent le chagrin aux vivants.

 

14_DÉCLARATION DIRECTE

Vous connaissez déjà les paroles ...

15_HÉLÈNE POUPOUPIDOU

Chanson Bonus parue sur l'EP 4/14+1 (Le PHaRe - mai 2016)

Hélène travaille auprès
D’une mamie malade et con-
Damnée à mourir mais
Qui veut faire don
D’son fric au téléthon.
Hélène voit la télé
Elle a convaincu la mère grand
Les myopathes ont plein d’blés
Et par testament
Hélène a pris l’argent


Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Poupoupidou .
Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Mais pas comme nous.

Hélène travaille de nuit
A l’hospice pour les grabataires
Elle accompagne ici
Tous les pensionnaires,
Malades d’Alzeihmer.
Hélène les met tout nu
Deux par deux dans des
lits douillets
Leur cerveau est foutu
Mais pour coucher
Faut pas l’utiliser


Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Poupoupidou
Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Mais pas comme nous.

Hélène bosse en clinique
Elle évacue tous les déchets
Des actes orthopédiques
Ces membres coupés
Peuvent la dépanner.
Elle a dans son jardin
Monté une petite société
De pension pour les chiens
Faut pas gâcher
Ces os à ronger..


Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Poupoupidou.
Hélène est une infirmière
Particulière.
Elle aime la vie
Mais pas comme nous.

Hélène, ce soir débute
Un job aux prélèvements sanguins
Vous connaissez la chute
Le week-end prochain
Elle f’ra des boudins !